Erasmus : mon expérience, mes conseils

Après quelques semaines d’absence, me revoilà !

Dans la suite logique de mon article sur mon expérience à l’université, je désirais partager ce que fut cette année d’étude à l’étranger avec le programme Erasmus. Je souhaitais écrire ce que j’aurais aimé lire moi-même il y a un an lorsque je cherchais (désespérément) sur internet des retours d’expérience ou des informations, en quête de réponse à mes questions. Je reviens sur l’année enrichissante que j’ai vécue, le bilan que j’en dresse et les conseils que je pourrais donner à celui ou celle qui se lancerait à son tour dans l’aventure.

Le programme Erasmus ? On ne le présente plus tellement il fait parler de lui à l’université. C’est l’opportunité à laquelle tous les étudiants enthousiasmés par le voyage et désireux de vivre un temps à l’étranger tendent les bras. Je faisais partie de ceux-là. Il y a un an et demi (peut-être un peu plus maintenant), influencée par des amies qui aspiraient elles-mêmes à partir, je me suis lancée dans l’aventure, un peu par hasard. C’est ainsi qu’une fois le processus pré-Erasmus achevé et ma deuxième année de double-licence en poche, je suis allée effectuer ma dernière année de Lettres Modernes et LLCE allemand à l’université de Potsdam, non loin de la capitale allemande.

J’ai beaucoup appris sur moi-même, au contact des autres et de toutes ces situations nouvelles que l’on rencontre nécessairement lorsque l’on est immergé dans une culture différente, une langue qui n’est pas la sienne et de nouvelles habitudes de vie. J’ai pu évaluer ma capacité à vivre en autonomie et mon aptitude à faire face à l’inconnu. J’ai été étonnée de la facilité avec laquelle je me suis glissée dans une nouvelle routine et ai fait de Potsdam ma seconde maison. « Home is not a place, it’s a feeling » est une citation anodine qui s’est pourtant notablement vérifiée pour moi cette année.

J’ai également appris à aimer l’Allemagne encore davantage et particulièrement Berlin qui a habité chacune de mes fins de semaines et que j’ai découverte au fil des saisons, pour mon plus grand plaisir. J’aime cette ville cosmopolite, d’ébullition et de mouvements, aux bribes d’Histoire de passé-présent étroitement mêlées, aux cours d’eau d’entre deux-rues, aux couleurs-cultures-influences que les quartiers se partagent et se complimentent. Et puis il y a aussi cette langue riche et compliquée à maîtriser, que je balbutiais au début et qui, au fil des mois et à mon grand soulagement, s’est dessinée peu à peu jusqu’à ce que je la maîtrise pour m’exprimer avec un peu d’aisance et me faire comprendre.

♣ ♣ ♣ ♣ ♣

A l’usage du futur étudiant Erasmus, 

mes conseils pratiques en vrac : 

– Prends contact avec le coordinateur pédagogique de ton université d’envoi (française) le plus tôt possible, c’est primordial ! Il pourra certainement apporter des réponses à tes premières questions, t’aider dans tes démarches administratives et peut-être même te donner des contacts d’anciens étudiants ayant effectué la même mobilité que toi.

– Prends garde à la désinformation, aux renseignements qui ne sont pas exacts, aux sources d’informations qui te semblent douteuses. Privilégie les sites officiels tels que celui du gouvernement ou le site Erasmus + pour connaître par exemple le nombre de crédits à valider, les  bourses auxquelles tu peux prétendre ou encore les délais pour tout ce qui concerne les documents administratifs à rendre.

– Inscris-toi sur le groupe Facebook Erasmus de l’université d’accueil, cela te permettra d’être tenu informé des premiers événements, des activités organisées et peut-être même de faire des rencontres avant ton départ. Si tu déménages dans une grande ville, tu peux également devenir membre du groupe qui s’intitule souvent « Les français à …(Berlin, Londres, etc) » qui peut s’avérer utile pour découvrir les bons plans et les retours d’expérience d’expats’ français.

– Prends contact avec un étudiant ayant déjà effectué un séjour Erasmus. Il pourra répondre à tes questions purement pratiques, t’aiguiller dans tes recherches avant le départ et peut-être te conforter dans ton choix te partir si tu as encore quelques doutes.

– Lis les rapports de fin de séjour d’anciens étudiants Erasmus. Ils sont plus ou moins nombreux sur le net et t’aideront à peser le pour et le contre, à cerner les points positifs et négatifs d’un séjour Erasmus.

– Renseigne-toi auprès de ta région pour savoir quelle(s) bourse(s) tu peux obtenir. En principe, ton université d’envoi fera le nécessaire pour que toutes les informations concernant les bourses te soient fournies. Néanmoins renseignes-toi autant que possible, peut-être que d’autres financements sont envisageables !

– Ignore les clichés et les idées préconçues que tu peux avoir ou entendre au sujet d’Erasmus. (Soirées à tout-va, très peu d’heures de cours, 2000 amis à la fin de l’année toussa toussa …). Bien que certains soient sans doute vrais, il est préférable de ne pas en tenir compte pour que tu n’aies pas de fausses illusions ou encore pire : de déceptions. Les mythes Erasmus sont largement véhiculés par les étudiants .. souviens-toi que chaque expérience est différente.

– Profite de cette année extra-ordinaire, de toutes les opportunités qui te seront offertes.

– Ne te force pas et profite à ta manière. Ce dernier conseil s’adresse aux plus silencieux(se) et aux introverti(e)s, dont je fais définitivement partie. Si tu n’aimes pas les soirées à répétition, que tu ne t’y sens pas à ta place, n’y vas pas. Il en va de même pour les nombreuses activités qui te seront inévitablement proposées. Tu n’as pas besoin de faire partie d’un groupe de 30 amis pour que ton année soit réussie, deux ou trois suffisent amplement. Décline les invitations sans culpabilité et profite de ton année comme tu l’entends.

♣ ♣ ♣ ♣ ♣

-Et toi ? As-tu déjà effectué un séjour Erasmus ? 

Souhaites-tu partir à ton tour ? –

3 commentaires

  1. Ton dernier conseil me fait teeeeellement plaisir !
    Tout le monde parle des soirées à répétition, je finis par croire qu’il faut sortir tous les soirs pour « profiter d’Erasmus » et s’intégrer! Mais tes mots me rassurent, j’espère tomber sur des gens qui ne sont plutôt introvertis, pas fan des grosses soirées! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *